Conseils pour la coparentalité

Conseils pour la coparentalité

Par Babysits, 11 minutes pour lire

La garde alternée est généralement plus facile à dire qu'à faire, surtout au début, mais ce n'est pas impossible ! De plus, elle peut présenter de multiples avantages pour votre enfant et votre famille dans son ensemble. Cela vaut donc la peine de s'y essayer, non ? Si vous voulez apprendre à gérer la coparentalité de manière saine et efficace, continuez à lire pour découvrir nos 10 meilleurs conseils.

Qu’est-ce que la coparentalité ?

La coparentalité, c'est lorsque deux adultes partagent la responsabilité et les devoirs d'élever un enfant.

Une relation de coparentalité diffère d'une relation intime en ce qu'elle se concentre uniquement sur l'enfant et son éducation. C'est pourquoi ce terme est généralement utilisé pour les parents séparés ou qui ne sont pas en couple.

Pourquoi est-ce bénéfique pour votre enfant ?

Des recherches indiquent que les enfants dont les parents ont une relation saine de coparentalité grandissent aussi bien que les enfants dont les parents ont un mariage "réussi". En effet, une relation coparentale saine permet aux enfants de se sentir en sécurité et aimés dans le cadre familial, ce qui les aide à développer leur estime de soi et leur confiance.

Par exemple, la cohérence entre les parents (en termes de règles de la maison, etc.) aide les enfants à se sentir en sécurité, car ils savent à quoi s'attendre et n'ont pas à s’occuper autant de l'incertitude ou du sentiment d'injustice.

De plus, le fait que les enfants voient leurs parents résoudre les conflits de manière calme et mature leur permet de mieux comprendre et de mieux gérer les désaccords dans leur propre vie. En somme, lorsque les enfants sont certains de l'amour de leurs deux parents, ils s'adaptent plus facilement au divorce ou à la séparation.

Pourquoi est-ce bénéfique pour vous ?

En plus de cela, il y a aussi des avantages pour les parents ! Les deux parents peuvent participer à la vie de leur enfant, ce qui signifie que tout le monde subit moins de pertes. Une coparentalité saine entraîne moins de conflits et de stress dans le cadre familial, ce qui signifie que les parents peuvent passer plus de temps à se concentrer sur leurs enfants et à s'amuser avec eux.

En outre, les enfants ont tendance à avoir de meilleures relations avec leurs deux parents dans le cadre d'un accord de coparentalité, car ils peuvent passer du temps de qualité avec eux et ne sont pas amenés à avoir des sentiments négatifs envers l'un ou l'autre de leurs parents.

Attention : la coparentalité ne convient pas à tout le monde

Même si la coparentalité présente de nombreux avantages et peut aider les familles à s'adapter à la vie après un divorce ou une séparation, il convient de noter qu'elle ne convient pas à tout le monde.

Par exemple, s'il y a beaucoup de conflits ou même des abus¹ dans votre relation, ou si vous et votre ex vivez loin l'un de l'autre, des arrangements tels que la "parentalité en parallèle" ou l'approche plus traditionnelle du temps parental et des visites pourraient être plus appropriés pour vous.

¹ Si votre enfant est victime de maltraitance (ou si vous pensez que c'est le cas), veuillez suivre les instructions indiquées ici, si vous êtes vous-même victime, consultez cette page.

coparentalité bienfaits de la thérapie

10 conseils pour réussir à gérer la coparentalité

Vous souhaitez que la garde alternée fonctionne entre vous et votre ex-partenaire ?

Nous avons rassemblé pour vous quelques conseils qui vous aideront à rendre la transition vers la coparentalité aussi douce et favorable que possible pour toute la famille.

1. Communiquer de manière respectueuse et efficace

Essayez de considérer votre relation avec votre ex d'une manière "professionnelle". Cela signifie que vous ne devez pas nécessairement aimer les personnes avec lesquelles vous travaillez, mais que vous respectez leur moment et faites de votre mieux pour travailler ensemble afin d'atteindre vos objectifs communs.

Essayez donc de voir votre ex de cette façon et faites en sorte que vos conversations soient centrées sur les enfants. Évitez de poser des questions plus personnelles sur sa vie, car cela pourrait entraîner des tensions et des conflits, et bien sûr, vous devez tous deux respecter la vie privée de l'autre.

Un autre point clé lié à une communication efficace est l'écoute active. Même si vous n'êtes pas d'accord sur un point, il est important que vous écoutiez activement et que vous essayiez de comprendre le point de vue de l’autre au lieu de le faire taire. Montrez-lui que vous l'écoutez en lui répétant ce qu'il vient de dire et en lui posant des questions pour clarifier les choses - cela réduit également les risques de malentendus.

2. Communiquez également de manière respectueuse devant votre enfant

"Si tu n’as rien de gentil à dire, ne dis rien du tout" - il y a de fortes chances que vous ayez déjà donné ces paroles de sagesse à votre enfant, il est maintenant temps de suivre votre propre conseil ! N'insultez pas votre ex devant vos enfants et ne parlez pas de "problèmes d'adultes".

Les enfants peuvent se sentir en conflit ou coupables s'ils se sentent poussés à choisir un parent plutôt que l'autre, ou peuvent même se sentir responsables de la séparation. Même si vous n'êtes pas d'accord avec votre ex-partenaire ou que vous ne l'aimez pas, il est important que vous montriez à votre enfant comment gérer ses sentiments de manière saine et respectueuse.

3. Disposer d'un système de soutien

Il n'est pas facile de vivre une séparation et de s'orienter vers la coparentalité. Assurez-vous d'avoir un système de soutien en place et de prendre soin de vous. Parlez à des amis ou à un psychologue, et veillez à prendre du temps pour vous et à conserver vos passe-temps.

Cela signifie que vous serez moins susceptible de vous défouler devant votre enfant, comme indiqué dans le point précédent, et, d'une manière générale, prendre soin de vous vous rendra moins stressé et vous permettra d'être plus présent dans votre rôle de parent.

coparentalité communication

4. Séparez vos sentiments de vos actions

La séparation avec votre ex peut susciter beaucoup de souffrance, de colère ou de ressentiment. Il se peut aussi que vous ayez encore des sentiments romantiques pour lui. C'est sans doute la partie la plus difficile de la coparentalité, mais il est essentiel que vous fassiez passer le bien-être de votre enfant avant tout.

Comme indiqué au point précédent, travailler sur vos sentiments en parlant à des amis ou à un psychologue est une excellente idée pour vous aider à mieux faire face à cette transition. Et cela profitera indirectement à votre enfant.

5. Co-parenter en équipe

Il est important d'être sur la même longueur d'onde que l’autre coparent lorsqu'il s'agit de l'éducation de votre enfant.

Les enfants s'épanouissent grâce à la cohérence et à la routine. Assurez-vous donc de discuter des routines, des règles et de la discipline avec l’autre parent afin que votre enfant comprenne les comportements appropriés et sache à quoi s'attendre dans certaines situations.

Remarque : ne rivalisez pas pour être le "parent fun" - aussi important que soit le fait de s'amuser, votre enfant a également besoin d'un sentiment de sécurité et de limites, et il est préférable pour lui que les deux parents puissent lui apporter cela.

6. Créez une organisation parentale

En plus de ce qui précède, c'est une bonne idée (et dans certaines situations et juridictions, c'est légalement obligatoire) de vous asseoir avec l’autre parent et de créer un plan parental ensemble afin que vous soyez sur la même longueur d'onde dans tous les domaines.

En plus des règles et des habitudes, il est également important de se mettre d'accord sur les besoins médicaux et financiers de votre enfant, son éducation et sa garde.

coparentalité

7. Faciliter les transitions et la vie entre les maisons

Comme nous l'avons déjà mentionné, la cohérence et les routines sont importantes pour les enfants, et passer d'une maison à l'autre peut parfois s'avérer délicat.

Pour aider votre enfant à se préparer à ces changements, rappelez-lui dans les jours qui précèdent qu'il va habiter chez l’autre parent et aidez-le à faire ses bagages à l'avance pour qu'il ne soit pas pressé à la dernière minute. Il peut également être utile de garder quelques produits de base, comme une brosse à dents, aux deux domiciles.

Un autre conseil utile est de déposer votre enfant à son autre domicile plutôt que de venir le chercher. De cette façon, vous n'interrompez pas l'enfant dans ce qu'il est en train de faire à ce moment précis et vous n'avez pas l'impression de “l'emporter".

Instaurez une routine : une fois que votre enfant est arrivé chez vous, préparez-lui son repas préféré ou jouez à un jeu particulier ensemble. Cela aidera votre enfant à se sentir plus à l'aise avec la transition.

Cependant, n'oubliez pas qu'il est également important de donner de l'espace à votre enfant s'il en a besoin. S'il refuse d'aller chez l'un de ses parents, écoutez-le et cherchez à savoir pourquoi. Le problème peut être facilement résolu, comme le fait de vouloir un jouet spécifique avec eux. Si la raison est plus émotionnelle, il est également important d'en parler à votre enfant (lorsqu'il est prêt).

Et ne vous inquiétez pas - la plupart des cas de refus sont généralement temporaires et peuvent arriver à l'un ou l'autre des parents, alors essayez de ne pas le prendre personnellement.

8. Gérez vos attentes

Même si vous avez élaboré un plan parental ensemble, il est probable que des différences et des désaccords sur le style parental (et le mode de vie en général) surgiront. S'il s'agit d'un problème grave ou récurrent, il faudrait sûrement réviser votre plan parental pour inclure cela ou le rendre plus réaliste.

Rappelez-vous également que "juste" ne signifie pas toujours "égal". Par exemple, si vous savez que vous ou votre co-parent travaillez plus longtemps que l'autre ou si l'un d'entre vous gagne beaucoup plus que l'autre, il est fort probable que le temps, l'argent, etc. ne seront pas divisés de manière égale.

garde alternée

9. Soyez flexible et accessible

Nous avons parlé de l'importance de la cohérence, mais, comme nous le savons tous, la vie n'est pas toujours prévisible.

Il peut y avoir des changements inattendus dans l'un de vos horaires ou une urgence concernant votre enfant. Il est important d'essayer de respecter l'horaire sur lequel vous vous êtes mis d'accord, cependant, s'il y a des changements, il est important d'être compréhensif et de donner à votre ex le bénéfice du doute.

Cette compréhension et ce respect vous seront également utiles lorsque vous devrez réorganiser quelque chose.

Soyez également flexible face aux besoins de votre enfant. Vous avez peut-être élaboré le plan parental parfait et, bien sûr, il est important que les parents gardent le contrôle pour donner à l'enfant un sentiment de sécurité. Cependant, vous pouvez toujours donner à votre enfant une certaine liberté d'action et lui demander ce qu'il aimerait faire (dans la limite du raisonnable).

10. Utilisez la technologie

Il y a beaucoup à organiser lorsqu'il s'agit de coparentalité ! C'est pourquoi l'utilisation d'applications, telles que le calendrier Google, peut vous aider à vous organiser et à garder votre coparent sur la même longueur d'onde en ce qui concerne les rendez-vous, etc.

Il y a beaucoup à organiser lorsqu'il s'agit de coparentalité ! C'est pourquoi l'utilisation d'applications, telles que l’agenda Google, peut vous aider à vous organiser et à vous mettre à la page avec l’autre parent en ce qui concerne les rendez-vous, etc.

Il peut également être utile de communiquer par écrit, que ce soit par le biais de textos ou de votre plan parental, afin de disposer d'une "preuve" de ce que vous avez convenu, ce qui vous aidera à vous responsabiliser mutuellement et à limiter les malentendus.

À ce propos, il est également judicieux d'inscrire les deux parents sur les listes d’e-mails de l'école, etc. afin que tout le monde soit tenu au courant.


Nous espérons que ces conseils vous ont été utiles et nous vous souhaitons, à vous et à votre famille, le meilleur ! Si vous avez besoin de plus de conseils sur la manière de gérer la garde des enfants après/pendant un divorce, vous pouvez en savoir plus ici.